mardi 6 juin 2017

Très haute couture


L'homme nouveau !

Quand l'audace n'a que faire de la beauté et du ridicule. J'admire cette vision du futur, cette évocation d'un monde inenvisageable, d'une mauvaise blague devenant réalité, sous les applaudissements d'étranges spectateurs extatiques. Le voici l'homme nouveau. Il approche, implacable, indifférent, prêt à gravir toutes les pyramides de l'absurde, le regard exposé aux nuances choisies, la tête rasée de toute idée superflue. Il défile, envers et contre tout, droit vers son avenir. Un destin cousu de fil blanc, un prêt-à-porter suffisant.

Les rires se sont tus devant les acclamations publiques. Personne ne comprend. Tous acceptent. Il est là, indiscutablement, préparé à sa fonction, objet de provocation, de stupéfaction, d'émerveillement. On ne peut l'ignorer. Le spectacle est sien, sous les projecteurs. Seul sur scène. Le divertissement n'a nul besoin d'être à notre goût. Il accomplira sa mission jusqu'au bout. Il ira là où on lui a dit d'aller, il ne déviera jamais de sa trajectoire. L'effet de surprise est passé. Il est temps de faire demi-tour, et d'enfiler un nouveau costume.

jeudi 1 juin 2017

On ne change pas une équipe qui perd

Les années passent et se ressemblent au-dessus de nos têtes. Les chemtrails deviennent la norme. Il paraît qu'il s'agit toujours de délires conspirationnistes.


Pourtant, même Chuck Norris a pris sa plume pour exprimer ses inquiétudes :
http://www.wnd.com/2016/04/sky-criminals/

"It’s time again to wake up, America. I’m not Shakespeare, but something is definitely rotten in the state of Denmark."


Il met ses pieds où il veut Chuck, et si ça pouvait être dans la gueule de certains...

A terre, l'agitation progresse, mollement, sans freiner le moins du monde les grilles qui se referment sur nous, inéluctablement.

Avons-nous assisté aux dernières élections ? Avons-nous abandonné l'idée de pouvoir agir ensemble ? L'espoir subsiste, évanescent, timide. Il suffirait d'un signe. Et pourtant, nous sentons les mailles se resserrer, lacérant nos chairs morales si conscientes du danger les éprouvant.